The Murray Hill

Un forum pour les fans de lecture et d'écriture !


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Prison Break] Strong and Alive

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Juillet 31st 2008, 16:05

J'en rigole encore

Sérieux, j'adore TROP ton humour, qui n'est pas du tout foireux puisqu'il fait rire tout le monde

J'en réclame encore aussi, ça fait du bien de rire un peu (enfin un peu ... )

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Juillet 31st 2008, 17:11

voilà la mini suite !!! comment c'est tout petit ça me fait marrer (nan parce que ça fait une page et aujourd'hui elle font des fois 4 ou 5 !!!) bref je ri toute seule !!!

edit : c'est bon j'ai compris pour le problème du copié collé !!

Chapitre 4 : Déjà-vu

Sona, 3 jours plus tard (pensées de Michael) :

Il est 8 heures du matin, ma montre sonne alors que le silence règne toujours sur Sona. Je suis déjà réveillé depuis quelques temps. Allongé sur mon lit, je contemple sans un mot une photo de Sara. Sucre est venu me l’apporter hier soir. Elle est parue dans un journal américain, apparemment mon histoire fait beaucoup de bruit là bas et Linc et Sara font tout pour me défendre et m’attirer le soutien des citoyens.

Ils ont été interviewés par des dizaines de journalistes, sont passés sur plusieurs plateaux télé, ils ont eu beaucoup à faire en seulement trois jours. Ils doivent revenir cette après midi, et je n’ai qu’une hâte, les revoir enfin. D’autant plus que Sucre m’a dit que j’aurai droit à une petite surprise mais il n’a pas voulu m’en dire plus.

J’ai peu dormi cette nuit, trop excité de les revoir. Et puis il faut dire aussi que je n’ai pas du tout confiance en cet endroit et les gens qui m’entourent. C’est vrai qu’avec Lechero ça va un peu mieux. J’ai pu mettre à profit mes connaissances pour résoudre un problème d’arrivée d’eau et de ce fait il est un peu moins sur mon dos comme étant la personne à abattre.

Il fait déjà très chaud et quelques gouttes de sueur coulent le long de mon front. J’aurai voulu être plus présentable pour revoir Sara, mais après avoir passé 3 jours enfermé dans cet endroit sal et humide, je ne ressemble pas à grand-chose.

L’air est étouffant, me faisant penser au jour où à Fox River, j’ai déclenché une émeute pour pouvoir travailler sur le projet plus tranquillement. Nous étions confrontés au record de chaleur du mois de mai, et il n’était pas difficile d’énerver davantage les autres détenus. Avec le recul, je pense qu’à cet instant je ne m’en rendais pas compte, ou je ne le voulais pas pour ne pas compromettre mes plans, mais j’étais déjà très attaché à Sara. Quand je l’ai vu seule entourée de ces hommes, des violeurs assoiffés de désir, j’ai couru pour la sauver comme si ma vie en dépendait.

Je crois bien que Sara me tuerai si elle savait ce que je pensais alors que nous étions tous les deux dans les faux plafonds de la prison. Le fait d’être seul avec elle par cette chaleur, entourés par le danger, cela rendait la situation assez excitante. Je crois même que lorsque que je l’ai aidé à descendre, alors que jusqu’à présent nous n’avions jamais été aussi proches, si personne n’était intervenu, j’aurai pu l’embrasser fougueusement, dominé par tout le désir que j’avais en moi. Pas si gentleman que ça Michael ! Je ne valais pas mieux que tous ces chiens qui ne voulaient que lui sauter dessus.

Cette pensée me fait sourire. Je regarde une dernière fois la photo de Sara pour ensuite la ranger dans ma poche avant que je ne sois plus capable de voir son visage, effacé par le nombre de fois où mes mains ont caressé le morceau de papier. Soudain, je me lève brusquement attiré par une alarme qui résonne dans toute la prison. Mac Grady, un jeune hispanique pour lequel je me suis pris d’amitié ces derniers jours arrive en trombe dans ma cellule.


MG : Michael, vite dépêche-toi. On doit tous se réunir dans la cours pour une inspection surprise.

Je ne comprends pas vraiment ce qu’il se passe. Je pensais que les gardes n’entraient jamais à l’intérieur de Sona. Alors que je suis Mac Grady jusque dans la cours, il m’explique que de temps à autre, une alerte retenti lorsqu’il y a un problème et que les gardes viennent, et ne ressortent que très rarement sans avoir laisser un corps derrière eux au passage.

Je rejoints les autres, déjà assis sur le sol, les mains derrières la tête. Je regarde autour de moi et trouve Bellick et Mahone tout aussi surpris. Puis la grande porte s’ouvre alors que les derniers détenus se mettent en position. Plusieurs gardes armés jusqu’aux dents entre et nous hurlent de ne pas bouger. Ils parlent entre eux en espagnol. L’un d’eux semble donner des ordres aux autres. J’ai l’impression qu’il cherche quelqu’un. Soudain, l’un d’eux pointe son revolver face à ma tempe. Je sens mon cœur battre de plus en plus vite et de plus en plus fort à tel point que ma poitrine pourrait exploser. Je ne comprends pas vraiment ce qui m’arrive.


G (en direction de Michael) : Toi, lève-toi !

J’exécute ses ordres et je le suis à contre cœur. Un autre garde vient le rejoindre et chacun d’eux m’agrippent un bras. Ils m’emmènent dans un endroit de la prison qui n’est pas accessible des détenus. Je traine presque les pieds au sol. Je ne sais pas où ils m’emmènent et je ne veux pas le savoir. Je résiste du mieux que je peux, les obligeant à m’empoigner plus fermement. Nous nous rapprochons de plus en plus d’une porte tout au fond d’un long couloir. L’un des gardes me lâche alors que l’autre m’agrippe toujours le bras en y poussant une vive pression, pendant que le premier me donne un violent coup de point en plein visage. Puis il ouvre la porte à laquelle je fais face et me pousse brusquement dans la pièce. Je tombe alors vivement sur le sol. Je n’ai pas le temps de voir ce qui se trouve face à moi quand j’entends une voix que je reconnais immédiatement : Sara.




alors ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Juillet 31st 2008, 17:45



Oups. Désolée

Purée, j'ai bien cru qu'ils allaient lui faire la peau, à Michael

C'est fou comme j'adore tes descriptions des sentiments de tes personnages. Ça fait tellement réel, ça apporte un véritable plus à l'histoire ...

I want more !!!

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
Hafida
A une idée de roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 34
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: ...
Book(s): raisons et sentiments

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Juillet 31st 2008, 19:27

Alors, super super super super... je suis accro de nouveau et la, rique pas que je me perde en chemin.

Sinon c'est vrai que ces parties ne sont pas trés longues par rapport à celle actuelles que d'ailleurs j'ai hâte de lire.

Et le dernier paragraphe m'a fait peur, enfin la moitié de ce paragraphe, et la je me souviens de ce qui va suivre et je suis toute excité comme une puce lool

hâte de lire la suite...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Juillet 31st 2008, 21:34

voici la prochaine suite. un peu de misa dans ce monde de brutes où il fait trop chaud pour travailler (et normalement pour être dérrière son ordinateur à pianoter son clavier).



S (inquiète, accourant vers Michael) : Michael !

En entendant sa voix, mon sang ne fait qu’un tour dans mes veines, mon cœur se met à battre à une allure folle, des frissons parcourent mon corps. Je dégluti, prends une grande inspiration puis je lève la tête afin de vérifier que je ne suis pas en train de rêver.

Non, je ne rêve pas, elle est bien là. Elle s’est abaissée à mon niveau, a posé une main sur mon épaule et me regarde inquiète. Je ne bouge pas, je suis comme paralysé, je ne comprends pas.

Je vois que mon incapacité à prononcer le moindre mot ne la rassure guère. Elle s’est assise par terre et nous sommes plus proche l’un de l’autre. On reste ainsi à se fixer tout les deux pendant ce qui me parait une éternité, un moment de plénitude irréel, comme si Sona, tout ce qui s’était passé avant n’avait jamais existé.

Je sens son autre main sur la mienne, me caressant délicatement de ses doigts pour les entrelacer aux miens. Ce contact est d’une douceur incomparable comparé à ce que je vis ici où tout n’est que violence et terreur. Je ferme les yeux, n’osant pas y croire puis je sens sa paume contre ma joue, tentant par ce dernier mouvement de me faire revenir à la réalité. Mais je n’en ai pas envie. J’ai trop peur qu’en ouvrant les yeux à nouveau elle ait disparue. Je préfère rester ainsi, au contact de cette sensation délectable. Alors je sens son souffle chaud contre mon visage et la seconde qui suit, j’ouvre enfin les yeux et je la voix. Elle est là. Sa mine inquiète n’a pas quitté son visage, elle s’est même intensifiée. C’est alors que je sens apparaître sur mes lèvres un immense sourire qu’elle dessine de ses doigts.

Elle effectue un mouvement pour se relever tout en m’entrainant. Nous sommes maintenant debout face à face, perdu l’un dans le regard de l’autre. Je passe ma main sur son visage, allant jusqu'à son oreille pour replacer une des ses mèches de cheveux. Je m’amuse quelques secondes avec, ce qui la fait sourire. Nous avons l’impression d’être seuls au monde. Finalement, l’un des deux gardes qui m’avaient conduit ici fait irruption dans la pièce, m’empoignant violement pour que je m’écarte de Sara.

Cette séparation est un vrai supplice. Il me dit en espagnol que je n’ai pas le droit de l’approcher. Je vois le sourire de Sara disparaître de ses lèvres avant qu’elle ne baisse la tête d’un air désolé. Le garde m’explique tout un charabia dont je ne comprends rien. Ce n’est pas à cause du langage, mais parce que je suis tellement obnubilé par cette femme que je ne peux me concentrer sur autre chose que sa beauté. Il me pousse alors vers la gauche et je vois là, ce qui ressemble à une table d’auscultation. Je fronce les sourcils ne comprenant pas la situation. Puis je regarde vers Sara qui est maintenant dos à moi, elle se dirige vers une mallette d’où je la vois sortir une seringue.

Je m’assois sur la table d’auscultation. Elle se retourne, l’injection à la main et me regarde d’un air malicieux avant que sa voix n’effleure l’air encore une fois.


S : Monsieur Scofield, c’est l’heure de votre injection d’insuline.

Tout à coup, tout deviens clair et je souri à mon tour. Elle a utilisé la même ruse que moi pour se retrouver dans ce qu’on pourrait appeler « l’infirmerie de Sona ». Je relève ma manche comme j’en avais l’habitude, lui laissant découvrir mes tatouages encore une fois. Je vois bien qu’elle les fixe un moment, et pendant une fraction de seconde son sourire disparaît, je comprends qu’elle pense à ce que ce tatouage signifie réellement. Il est la clef de toutes les questions qu’elle s’était posé sur moi pendant mon séjour à Fox River. Mais elle revient à elle rapidement repartant sur son air enjoué et amusé de se sentiment de déjà-vu.

Quand elle pose sa main sur mon bras pour y planter l’aiguille, je ne ressens aucune douleur, comme si les seules sensations que je suis en mesure d’éprouver à ce moment précis sont la douceur de sa peau contre la mienne et la chaleur de son corps.

Je regarde vers ma droite, à quelques mètres de là, je vois que le gardien ne nous quitte pas des yeux. Quand je me retourne à nouveau vers Sara, celle-ci me tend un comprimé et un verre d’eau : du pugnac. Décidemment, elle a pensé à tout.

Elle me regarde un instant intensément alors que je bois une gorgé d’eau pour avaler le médicament, puis elle se tourne vers le garde d’un air décidé.


S (au garde sur un air déterminé et très professionnel) : Je dois ausculter mon patient plus en détails. Il a quelques vieilles blessures que je dois examiner. Vous comprenez ?
G (un brin mécontent): Heu… Si, pero me quedo aqui… heu, (avec un fort accent hispanique) je reste ici.

Elle se positionne face à moi de nouveau. Je la regarde d’un air étonné mais amusé, elle me répond avec un sourire des plus séducteurs.

S : J’aurai besoin que vous vous déshabillez Monsieur Scofield.

J’hausse les sourcils. Je n’en reviens pas de la façon dont elle abuse de la situation, dont elle abuse de moi ! Mais je ne me fais pas prier et j’enlève mon tee-shirt, laissant apparaître le reste de mes tatouages à son regard. Je la regarde intensément d’un air décidé et sûr de moi, rentrant complètement dans son petit jeu.

Elle passe un rapide coup d’œil sur mon torse nu avant de lever la tête vers moi. Je peux lire en elle comme dans un livre ouvert : elle en veut plus, ses yeux sont remplis de ce que je pourrais qualifier de désir, et je dois avouer que si ce garde n’était pas là, rien ne m’empêcherai de la plaquer contre le mur et de lui faire l’amour comme j’en ai envie depuis si longtemps.

Je vois ses yeux descendre de plus en plus bas, dangereusement plus bas avant qu’elle ne prenne la parole à nouveau.


S (séductrice) : Le pantalon aussi Monsieur Scofield !

Je me retourne quelques secondes vers le garde, avant de me diriger une fois encore vers elle. Elle se demande comment je vais réagir, et sans la quitter une seconde des yeux, affichant mon regard le plus séducteur, je défais mon jean et je me retrouve en caleçon devant elle et sans aucun complexe.

Elle me scrute quelques secondes de haut en bas avant de s’approcher, son stéthoscope à la main, et de le poser contre ma poitrine. Mon cœur bat à une puissance folle. Cette situation me fait penser à tous les petits jeux que nous avions à Fox River, et plus particulièrement à l’un d’entre eux, sauf qu’ici elle n’a pas besoin de répondre aux regards que je lui lance car c’est elle qui mène la danse.

Puis elle repose son stéthoscope autour de son coup, faisant balancer ses cheveux dans un mouvement involontairement sensuel. Elle me regarde un instant. Je vois qu’elle a une idée en tête. Elle pose sa main droite contre ma cuisse et descend le long de ma jambe très délicatement. Je suis sur le point d’exploser, et ce n’est pas seulement mon cœur qui s’enflamme mais mon corps tout entier qui réagit à cette caresse. Je dois me contrôler penser à quelques choses d’autres et vite avant que la situation ne devienne ingérable pour une certaine partie de mon anatomie. Il ne faut pas oublier que je suis à découvert, en caleçon devant elle et ce garde. Mais soudain une pensée me refroidie à une vitesse extrême : mes chaussettes. Quel idiot ! Je suis face à elle quasiment nu et je porte toujours mes chaussettes ! Mon sourire confiant change vite de ton et la gêne s’empare alors de mon visage. Sara s’amuse de la situation, enlève la chaussette de mon pied, et reprenant plus sérieusement son travail examinant mes orteils.

Une fois fait, elle relève la tête avec un sourire et les joues légèrement rosées, puis se rapproche plus amplement de moi. Elle n’est qu’a quelques centimètres de mon visage et je n’ai qu’une envie, l’embrasser. Sentir la chaleur de ses lèvres contre les miennes, la douceur de nos langues dans un baiser passionné. Mais son regard se dirige vers mon bras, gauche. Elle le soulève afin de voir la cicatrisation de l’entaille que je m’étais faite pour pouvoir récupérer le comprimer destiné à Linc. Décidément, elle me connaît par cœur. Elle se souvient de chacune de mes blessures et passe délicatement de l’une à l’autre en effleurant chaque centimètre de ma peau.

Je vois qu’elle s’apprête à passer derrière la table pour examiner la brûlure de mon dos. Je jette un vif coup d’œil vers le garde qui est tourné en direction de la fenêtre donnant sur la cour. Je profite de son inattention pour prendre délicatement le bras de Sara alors qu’elle passe d’un côté de la table pour regarder l’état de mon dos et je lui susurre quelques mots à l’oreille qui la font sourire et émettre un léger rire.


M (ayant retrouvé toute son assurance) : Je crois bien que là, il y a du harcèlement dans l’air. Je ne suis pas sur que ce cher Hippocrate vous autorise à cela Docteur Tancredi. Après avoir délibérément admiré mon corps d’athlète pendant mon sommeil, vous vous engagez sur un autre terrain. Je croyais que vous étiez une fille bien.
S : Michael, on sait tous que je ne suis pas une fille bien, et tôt ou tard tu le découvriras vraiment.

Elle accompagne cette phrase en me tirant légèrement la langue, avant de continuer son inspection. Je sens le désir monter en moi, et il faut que je me calme avant qu’elle ne revienne face à moi, mais ses mains sur mon dos, caressant encore une fois délicatement ma peau, m’en empêchent. Je suis sauvé par le garde qui s’impatiente et qui met fin à cette auscultation très « intime ». J’enfile aussi rapidement que possible mon pantalon, mais je crois bien que c’est trop tard et qu’elle a saisi la position dans laquelle je me trouve. Elle se place devant moi, me tournant le dos pour que le garde ne saisisse rien de la situation, lui croît réellement qu’elle est mon médecin. Alors que je remets mon tee-shirt, elle se retourne et me sourie encore une fois.

S : A demain Michael.

Je ne sais pas encore comment et pourquoi elle est là, mais je comprends que cette situation sera régulière, et tout à coup cela me fais froid dans le dos. Je ne veux pas d’elle dans cette prison, à seulement quelques mètres de ces monstres, de ces hommes en manque de tout, de liberté, de drogue, de femmes.

Quand je reprends mes esprits, elle est sortie de la salle accompagnée par l’un des gardes alors que l’autre me ramène à la cour. Lorsque j’y arrive j’entends de nombreux cris, des sifflements. Je me dirige là où tous ces chiens sont regroupés, un grillage par lequel on peut voir passer Sara. Je sens une vague de colère énorme m’envahir. Je voudrais tous les tuer sur le champ. La peur que j’avais ressentie il y a quelques secondes ne fait qu’augmenter. Et malgré mon envie de la revoir, j’ai trop peur pour elle. Je ne pourrai pas supporter qu’il lui arrive la moindre chose.





bon alors un strip de scofield ça vous a plus... vous en vouliez plus? vous vouliez qu'il aille jusqu'au bout, qu'il fasse l'intégral hein??? mais non ça sera pour plus tard ça (chapitre 11 je crois va falloir être patientes)
bref je tenais à préciser que cette idée à germer dans mon esprit après que poupinette sur undeniable m'ait fait la demande express de voir le beau scofield en caleçon !!!


Dernière édition par miliibnb le Août 5th 2008, 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lisbeth salander
Murray's Team
avatar

Féminin
Nombre de messages : 580
Age : 49
Localisation : ???????????????
Humeur : ?????????????????????
Inscription : 28/07/2008

Les petits plus
Citation: je veux une vie en forme d'arête sur une assiette bleue, Boris Vian
Book(s): l'homme inquiet, henning mankel

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Juillet 31st 2008, 23:31

Dis donc tu dégaines les suites plus vites que ton ombre toi ! .... Et ce n'est pas pour me déplaire. J'aime beaucoup ta façon de retranscrire les pensées de chacun et surtout que tu reviennes sur des petits événements qui se sont passés avant. ça crée un lien entre le passé et le présent, c'est une très bonne idée. Ton style est super agréable à lire en plus. Le pompon c'est quand même Sara en provocatrice concupiscente, chapeau ma grande !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hafida
A une idée de roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 34
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: ...
Book(s): raisons et sentiments

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 1st 2008, 00:05

Wouaw cette suite était en effet trés intime comme oscultation, j'en veux bien une moi de monsieur Miki, c'est possible... ? lol

Génial. Sur ce coup je suis comme avec Dacbc77 et ses écrits, j'ai perdu mes mots la. En même temps je n'en ai pas des masses...

je suppose que la suite sera pour demain...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 1st 2008, 09:42

J'ai tout simplement adoré cette suite, où tout est suggéré, on peut laisser libre court à notre imagination

En effet c'est une oscultation très trèèès intime, et avec ton style et tes mots, c'est un vrai régal

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 1st 2008, 12:31

bin oui je post beaucoup parce que faut l'avouer j'ai beaucoup d'avance vu que je suis à la fin du chapitre 19 sur undenibale alors qu'ici on doit être au chapitre 4.
en tout cas ça me fait plaisir que ça vous plaise.
oui je fais beaucoup dans le suggéré parce que j'aime bien laisser aussi travailler un peu votre imagination... et je sais que certaines personnes sur undeniable aime ça donc je continue comme ça. bon aller on continue avec une suite. humm ça se complique... enjoy




(Pensées de Sara)

Me voilà sortie de cette prison. En y pénétrant, elle me terrifiait. Elle ne parait pas aussi tranquille que le premier jour où je suis venue rendre visite à Michael. Mais je ferai tout pour lui et ce moment, m’a procuré un immense bien être. Je me suis beaucoup amusé avec lui je l’avoue, mais bien que mes joues soient rougies, je n’en ai pas honte, j’ai même impatience de recommencer et de pouvoir bientôt réaliser mon rêve d’il y a trois jours et peut être arrivé à le terminer.

J’empreinte un couloir par lequel les détenus me voient et me sifflent comme un vulgaire morceau de viande. Je me retourne vers Michael et je vois qu’il fulmine de rage face à eux. Puis tout à coup, j’entends mon prénom parmi cette foule d’homme surexcité. Cela ne vient pas de Michael. Je jette un bref coup d’œil et là j’aperçois Bellick en sous-vêtements. Je suis sous le choc de le voir ainsi et je m’arrête une seconde.


B (suppliant) : Sara aide moi ! Sors-moi de là Sara !

Je reste muette et me retourne à nouveau vers Michael. Je suis inquiète, sous le choc et je ne sais pas quoi faire.



A quelques mètres de là, Lechero regarde attentivement cette sublime femme qu’il voit passer. Il capte aussi son regard tourné vers Scofield, et la façon dont celui-ci réagit aux sifflements des détenus.

L (à Sammy) : Trouve moi qui est cette femme, et ce qu’elle représente pour Scofield. Je crois que nous avons peut être découvert la faiblesse de notre « superstar ».


Quelques heures plus tard, Michael reçoit une visite (officielle) :

Il est midi passée, je traverse la court pour me rendre au lieu des visites où je viens d’être appelé. Le soleil tape très fort. En ouvrant la porte je suis ébloui, je ne vois pas tout de suite la personne qui est face à moi. Je porte une main contre mon front afin de protéger mon visage de la lueur aveuglante et j’aperçois Linc venu me rendre visite à son tour.

L : Salut petit frère.
M : Linc.
L : Comment tu vas ?
M : Bien. Comment c’était Chicago ?
L (passant sa main sur son crane) : Et bien c’était assez intense. Une foule immense nous attendait. On fait la une des journaux Mike, tout le monde parle de nous, de la compagnie. On a était pas mal pris, on a fait beaucoup d’interview, été interrogés par le FBI à propos de la compagnie, on a fait avancer ton procès. Avec tous les éléments qui jouent en ta faveur, ils devraient fixer une date bientôt, d’ici deux semaines je pense et après ce sera une question de jours pour te faire sortir d’ici. On pourra enfin reprendre une vie normale.
M : Ok
L (interrogateur) : J’aurai cru que ça te ferais plus plaisir que ça Mike !
M : C’est pas ça, c’est que… après tout, peut être que je mérite ma place ici.
L : Michael…
M : Linc ne croit pas que je ne sois pas reconnaissant de tout ce que vous avez fait pour moi, mais j’ai fait pas mal de choses qui… j’ai brisé beaucoup de vies pour te faire sortir de prison…
L : Oui et je t’en serai toujours reconnaissant Mike.
M : Mais tu vois, je pense qu’il y a une raison au fait que je me retrouve ici.
L : Tu veux dire par rapport aux conséquences de notre évasion ?
M : Oui ça et… Tu sais j’ai pas mal réfléchi depuis ce matin et si tu te souviens bien, le gars sur lequel Sara a tiré nous as dit que ce n’était pas fini, qu’ils ne voulaient plus que l’un d’entre nous vivant. Pourquoi, je n’en sais rien mais ça fait quatre jours qu’on entend plus parler d’eux et ça ne me plait pas.
L : Au contraire ça devrait te soulager, ils ont peu être laissé tomber.
M : Non Linc j’y crois pas du tout et en fait… après avoir vu Sara ce matin, j’ai repensé à tout ça et… j’ai peur pour elle. Je me dis qu’au moins si je suis ici, elle n’est pas avec moi et elle est à l’écart de tout danger… S’il lui arrive la moindre chose je ne me le pardonnerai pas. Elle devrait peut être refaire sa vie loin de nous, loin de moi.
L : Je t’arrête tout de suite Mike, tu l’a convaincras jamais de te laisser tomber. Si tu l’avais vu à Chicago, elle est forte Mike, c’est elle qui a quasiment tout fait. Elle est intervenue très souvent auprès des journalistes et elle ne se laissait pas faire quand l’un deux s’en prenaient à toi. Et puis ça s’est pas bien passé entre vous ce matin, non ?
M (avec un sourire) : Si… (rapidement effacé par le souvenir des sifflements). Je ne veux pas qu’elle revienne Linc.
L : Oui bin alors ça mon vieux, tu vas lui dire toi-même parce qu’il est hors de question que je me mette le Doc à dos. Vos problèmes de couples vous les régler tous les deux.
M (sérieux) : Non c’est pas ça… c’est cette prison, ces hommes, c’est trop dangereux pour elle. (déterminé) Je ne veux pas qu’elle entre à nouveau ici.
L : Ecoute je veux bien lui en parler, mais je ne pense pas que moi elle m’écoutera. Elle a fait des pieds et des mains pour pouvoir venir te voir. Elle a passée plusieurs heures à l’ambassade et au téléphone, elle a fait marcher ses relations. Elle est aussi têtue que toi Michael. Pour ça vous vous êtes bien trouvés, quand vous avez une idée derrière la tête, vous ne la lâchez pas.
M (souriant légèrement en soupirant) : …
L : Tu lui en parleras demain, elle reviendra à la même heure. L’ambassade nous a dit que c’était le meilleur moment, le plus calme, quand Sona dort encore.
M : En fait, j’espérais qu’elle serait venue avec toi, j’aurai voulu lui en parler maintenant.
L (ne comprenant pas son frère) : Elle est crevée Mike. Elle est rentrée directement à l’hôtel pour se reposer un peu, elle n’a pas dormi beaucoup durant ces trois jours. Et puis il fallait qu’elle voit Sucre, elle devait lui donner une lettre de Maricruz. Après tous ses efforts, tu ne peux pas lui dire de tout abandonner Mike. Elle n’a plus rien à part toi, tu ne peux pas lui dire ça.

Un silence inconfortable s’est installé entre nous. Je vois bien que Linc a raison, je ne peux pas dire à Sara de vivre sa vie alors qu’elle a déjà tout perdu pour moi. Je veux passer le restant de mes jours à ses côtés, mais j’ai trop peur que ma présence ne lui attire que des ennuis.

M (tentant de briser ce silence) : Comment va LJ ?
L : Il va bien. Il est toujours avec Jane, il a repris les cours et tout se passe bien. On a réfléchi et on pense que s’est mieux qu’il reste avec elle le temps qu’on te sorte de là et qu’on retrouve tous nos vies d’avant à Chicago.
M : Tu penses vraiment retourner à Chicago ?
L : Oui, pourquoi pas toi ?
M : Je ne sais pas, je m’étais fait à notre idée de club de plongée. Je me vois bien lézarder toute la journée au soleil dans un hamac.
L : Oui, mais on est devenu de vrai star là bas, même plus besoin de draguer. En même temps t’en as plus vraiment besoin… enfin c’est pas sure, quand Sara va savoir que tu ne veux pas qu’elle revienne, ça va chauffer pour tes fesses Mike !
M (plus sérieusement) : Tu vas lui dire de ne plus venir alors ?
L : Oui, je le ferai.
M : Merci Linc. Elle est tout pour moi et j’ai trop peur de la perdre.



Au même moment à quelques kilomètres de là, une jeune femme séduisante et élancé aux longs cheveux noirs et le regard froid, marche dans les rue de Panama City quand la sonnerie de son téléphone retentit.

Suz : Vous l’avez ?
… : Oui c’est bon, on est en route. On l’a récupéré ce matin à la sortie de…
Suz (autoritaire, ne le laissant pas finir) : Bien. Dépêchez-vous. Nous sommes en retard sur le planning.
… : Oui mais…
Suz : Quoi encore ?
… : On a eu des problèmes avec la fille.
Suz : Elle est morte ?
… : Non.
Suz : Tuez-là !

Puis elle raccroche son téléphone tout en continuant sa route fière et déterminée.




voilà, comme je disais ça se complique. lechero, suzanne, la conscience de michael. mais ils e les laisseront jamais vivre en paix c'est deux là !!! qui est l'auteur que je me plaigne ??? quoi ??? ah oui heu c'est moi !!! bon heu ok je sors avec mon humour pourri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hafida
A une idée de roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 34
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: ...
Book(s): raisons et sentiments

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 19:21

Cette suite est super, nous avons encore un Mike protecteur avec Sara...
Un Lincoln qui fait de l'humour...
Une Sara super forte et qui croit en mike, en elle, en eux..c'est génial.

Et puis viennent les complications comme tu dit... alros la il y a quelques souvenirs que me reviennent. Pour Sara je ne m'inquiète pas, parcontre, j'ai peur de ce qui va se passer dans la prison... je ne sais pas si c'est le chap suivant ou celui d'aprés.. mais j'ai hate de lire la suite...

merci miss pour cette suite, j'en voudrais bien deux ou trois aujourd'hui.. si possible lol

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 19:24

Purée J'ai lu mais j'ai complètement oublié de commenter ...

Alors euh, comme d'habitude, super suite ! Bellick m'a fait un peu de peine sur ce coup là je dois dire

Par contre le coup avec Susan là, je ne le sens pas

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 20:32

bon les filles tout d'abord j'adore vos bans tarzan à toutes les deux !!
sinon quand j'ai écrit cette quite j'étais à fond dans bellick parce qu'il paraissait plus triste que michael.
en tout cas merci beaucoup pour vos com. islem ou hafida, (je sais plus comment t'appeler lol) essai de pas trop en dire pour pas gâcher mon petit suspense que j'essai d'instaurer avec difficulté lol merci !!!

bon aller une suite. alors je crois que c'est à partir de là que j'ai commencé à écrire de plus en plus. et un exercice un peu plus dur, je me mets dans la tête cette fois pas de sara OU michael mais de sara ET michael. j'espère que vous apprécierez !!





Chapitre 5 : Apologize

Le lendemain matin à Sona (pensées de Sara et Michael)


Me voici à nouveau dans cette pièce, l’infirmerie de Sona. J’attends Michael, je l’attends avec une certaine appréhension. J’ai appris hier soir de la bouche de Lincoln que Michael ne souhaitait plus me voir venir à Sona, et pourtant je n’ai aucune envie d’abandonner, de le laisser seul ici pour un crime qu’il n’a pas commis et dont je suis entièrement responsable. Et puis j’ai besoin de le sentir près de moi. De sentir la chaleur de son corps et d’entendre sa voix. Ici ou ailleurs, il n’y a qu’auprès de lui que je me sente bien, que je me sente moi-même. Il me donne l’impression d’être une femme, une vraie. Une femme forte, importante et courageuse et j’aime cette sensation. Pendant très longtemps alors que je me droguais, j’évitais toute responsabilité, tout problème grâce à un shoot de morphine. Aujourd’hui j’ai la sensation d’exister enfin et pour quelque chose d’important. Je n’existe pas seulement à travers les yeux de Michael, j’ai une vraie raison de vivre, une cause à laquelle me raccrocher et pour laquelle me battre, et je ferai tout pour y arriver.

J’attends déjà depuis quelques minutes, je fais les cents pas sans pouvoir me calmer. Je ne sais pas ce que je vais lui dire, mais j’ai besoin qu’il comprenne que je ne laisserai pas tomber si facilement, juste parce qu’il a peur pour moi. A travers cette histoire j’ai grandie et à ses côtés, je suis devenue cette femme forte et il ne peut pas, du jour au lendemain, me demander de devenir la demoiselle en détresse qui a besoin d’être secourue. J’ai vécu trop d’épreuve et je ne ferai plus marche arrière, je serai à ses côtés et je le resterai jusqu’au bout.

Pour me calmer, je me pose quelque seconde adossée au mur près de la fenêtre. Je ferme les yeux et je prends une grande inspiration. Puis je me tourne afin de regarder la cour de la prison à travers la vitre. Tout est calme à cette heure ci. Une légère brise souffle sur la ville ce qui va rendre la journée plus agréable car la chaleur est parfois dur à supporter. Des papiers et de la poussière volent grossièrement dans la cour. C’est à croire qu’il n’y a pas âme qui vive dans cette prison. J’ai presque l’impression de faire partie d’un vieux western et cette pensée me fait sourire.

Soudain, je vois une silhouette se profiler. Les gardes sont allés chercher Michael et ils se dirigent maintenant droit dans ma direction. Je les espionne discrètement. Mon cœur bat de plus en plus vite, à en rompre ma poitrine. Je quitte finalement ma position pour aller vérifier de quoi j’ai l’air dans le miroir qui se trouve près de la table d’auscultation. J’ai les traits tirés, de grandes cernes et le teint pale mais il est trop tard maintenant pour faire d’éventuelles corrections maquillage. Je l’entends qui monte l’escalier, les gardes lui parlent en espagnol mais à travers le mur je ne comprends pas un mot.

Je m’écarte du miroir pour me positionner face à la porte et je tâche de prendre un air sévère et professionnel. Je ne serai pas la Sara d’hier, la Sara entreprenante et désireuse de cet homme. Non je serai la Sara forte et déterminée qui ne cède pas aux petits caprices de Michael Scofield. Je prendrai mes distances avec lui. Je dois lui montrer que je suis indépendante et qu’il n’a pas à avoir peur. Mais son regard et ses gestes ont un tel pouvoir sur moi qu’il est parfois difficile de lui résister. Non je resterai sur mes positions et il ne m’atteindra pas, j’en suis persuadée.


Je suis face à cette porte en acier et je n’entends pas un bruit à l’intérieur, je ne sais pas si elle est déjà arrivée. Je vis un véritable combat en moi, je voudrais tant la voir ainsi chaque jour, la sentir près de moi, mais j’ai peur de la savoir dans cet endroit où elle risque les pires dangers. Et puis je ne pourrais spas vivre de cette manière indéfiniment, j’ai besoin d’en avoir plus. Je ne peux plus supporter ces simples moments entre un médecin et son patient, même si je dois avouer que nous avons une relation médecin/patient très particulière. Non j’ai besoin de plus, j’en veux plus. Et si je ne peux pas avoir ce que je désire, alors autant ne rien avoir du tout, cela me ferait trop de mal.

Les gardes ne comprennent pas pourquoi je reste ainsi face à cette porte, pourquoi j’hésite à entrer. L’un d’eux me pousse vivement alors que l’autre ouvre la porte et je me retrouve propulser à l’intérieur, mais contrairement au jour précédent je suis encore sur mes deux jambes, je fais face à Sara.

Elle est là, droit devant moi, statique avec un air sévère sur le visage. Elle ne bouge pas, je vois bien qu’elle n’est pas ravie de ce que Linc à dû lui dire. Au contraire même, j’ai l’impression de me revoir un mois plus tôt, alors qu’elle m’avait surpris après lui avoir volé les clefs de l’infirmerie. Elle semble déçue et en colère. Nous nous regardons droit dans les yeux et pour une fois, je suis le premier à baisser le regard.


Il est entré dans l’infirmerie. Le regard baissé, il parait épuisé. La vie ici ne doit pas être facile, et je n’ai qu’une envie, le prendre dans mes bras pour le réconforter. Mais non surtout pas, il faut que je résiste à mes envies, à mes pulsions pour lui montrer ma détermination.
La tension entre nous est insoutenable mais elle n’a rien à voir avec l’intensité sexuelle qui flottait dans l’air la veille. Nous restons ainsi froid et distant l’un de l’autre, n’échangeant aucun mot.

Soudain nous nous retrouvons seuls, les deux gardiens s’en sont allés et ne reviendront pas avant plusieurs minutes. Je me sens mal à l’aise, je cherche quelque chose, la moindre chose à dire afin de rompre ce silence mais rien ne vient et l’ambiance devient pesante. Finalement, il relève la tête et aucun mot n’est nécessaire pour me traduire ce qu’il veut dire, je comprends qu’il est désolé de la situation dans laquelle nous nous trouvons mais qu’il a peur pour moi, tellement peur qu’il préfèrerait ne plus me voir.


J’ai l’impression que je l’ai déstabilisée, elle qui paraissait si froide et convaincue il y a encore une minute semble perdue et anxieuse. C’est elle maintenant qui a baissé le regard et elle joue nerveusement avec ses mains. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. J’ai déjà remarqué à plusieurs reprises qu’elle faisait cela lorsqu’elle est stressée. Mais je ne peux pas dire que moi au contraire je suis en pleine possession de mes moyens. Je dégluti difficilement avant de prononcer les premiers mots qui briseront ce silence oppressant.

M : Sara…
S (levant les yeux vers lui retrouvant son air sévère) : …
M : Je suis désolé, je ne veux pas que tu le prennes mal, tu sais que je t’aime et que je fais ça pour toi.
S (plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulu) : Tu crois que tu es en mesure de me dire ce que je dois faire ou non Michael ? Je ne suis plus une petite fille.
M (s’approchant d’elle alors qu’elle recule) : Je sais, je suis désolé…C’est juste… s'il t’arrive quelque chose Sara…
S : J’ai du faire face à beaucoup de situations difficiles Michael et je m’en suis très bien sortie toute seule. Certes ça n’a pas été facile mais je suis toujours là et ne crois pas que je vais aller me cacher dans un coin juste parce que tu n’es pas là pour me protéger. Tu m’avais promis que nous ferions fasse à tout cela ensemble, tu te rappelles de ça au moins Michael ?
M (par un hochement timide de la tête) : Oui…je sais mais j’ai peur que…
S : C’est toi-même Michael qui m’a dit un jour que la peur c’était une porte qu’il fallait ouvrir pour voir qu’elle ne contenait que de l’air.
M : Je sais mais…
S (sur la défensive) : Et puis comment peux tu être aussi hypocrite avec moi Michael ?
M (surpris) : Hypocrite ?
S : Oui tu m’as fait promettre d’être forte, je le suis. Je suis le résultat de ce que tu as voulu pour moi, je suis devenue forte et autonome et je ne te laisserai pas ici seul comme un chien alors que tu es dans cette prison à cause de moi.
M : Mais c’est de ma faute si tu as tout perdu aujourd’hui. Peut être que tu devrais songer à refaire ta vie ailleurs, loin de moi, loin du danger.
S (énervée): Stop Michael. Stop ! Tu ne peux pas continuer de jouer avec moi comme ça. C’est trop facile de me dire de partir juste pour éviter les problèmes.
M : Je ne…
S : Ne me dis pas que tu ne cherches pas à éviter les problèmes ! Je sais parfaitement ce que tu es en train de faire puisque j’ai moi-même passé une grande partie de ma vie à fuir tout ce qui ceux trouvaient autour de moi. (ayant du mal à déglutir) Je sais trop ce que c’est Michael de vouloir rester seul parce qu’on pense qu’on apporte que des problèmes aux gens autour de nous. C’est trop facile de me dire un jour que tu m’aimes, que tu veux qu’on soit ensemble et puis le lendemain tu changes complètement d’attitude. Si c’est vraiment ce que tu veux alors va y dis le moi Michael, dis le moi et je partirai maintenant, sur le champ, tu n’auras plus à te soucier de moi, tu n’entendras plus jamais parler de la pauvre petite Sara Tancredi. Dis le moi Michael si c’est ce que tu désires et je le ferai, mais si ce n’est pas le cas alors ne t’attend pas à ce que je reste les bras croiser dans cette histoire. Tu es la meilleure chose qui me soit arrivée dans la vie Michael et je ferai tout pour te faire sortir d’ici. Plus d’une fois tu as mis ta vie en jeu pour sauver la mienne, aujourd’hui c’est mon tour. Je t’aime Michael, je t’aime plus que tout et tu es la seule chose pour laquelle j’ai encore une raison de me battre, une raison d’exister. (les larmes aux yeux) Dis-moi Michael que tu ne m’aimes pas et je partirai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 20:32

Elle est en larmes devant moi et cela me déchire le cœur. Je l’aime plus que tout au monde, plus que ma propre vie et si vraiment elle veut s’impliquer alors je ne m’opposerai pas à sa décision. Je m’approche délicatement d’elle mais elle recule de plus en plus. J’ai l’impression qu’elle a peur que je puisse lui dire que finalement je ne l’aime pas, que je ne veux pas d’elle. Je déteste la voir ainsi, avoir le sentiment de la faire souffrir. Je n’ai qu’une seule envie, la prendre contre moi, sentir son cœur battre contre le mien, et respirer l’odeur de ses cheveux. Mais plus j’avance et plus elle s’écarte.

S (criant) : Dis le moi Michael, dis moi que tu ne m’aimes pas.

J’essai de me retenir de pleurer mais les larmes coulent toutes seules sur mon visage sans que je puisse les arrêter. Je voudrais pouvoir être forte, lui prouver que je suis capable de continuer à ses côtés, mais tout s’écroule autour de moi, je sens mes jambes tremblées, je suis sur le point de m’effondrer sur le sol.

J’aimerai pouvoir m’éloigner de lui, je recule mais à chaque pas que je fais, il se rapproche un peu plus de moi. Je n’en peux plus, mon cœur bat tellement vite et lui ne dis pas un mot. Je sens tout à coup le mur froid de cette prison contre mon dos, je n’ai plus d’échappatoire et il est de plus en plus proche.


S : Dis moi que tu ne m’aimes pas Michael parce que moi je te déteste.

Elle me dit des mots qui devraient me blesser au plus profond de mon être, mais ses yeux disent le contraire et je ne peux m’empêcher de sourire en la voyant ainsi. Elle est tellement belle et malgré tout ce qu’elle peut penser, c’est la femme la plus courageuse que j’ai rencontré.

Je suis si proche d’elle a présent que je sens son souffle chaud contre mon visage et cela me fait un bien fou. Sa main vient se poser contre mon torse, me donnant de légers coups de poings pour que je m’écarte d’elle, mais il en est hors de question.


S (le frappant sur le torse) : Je te déteste Michael.

Je me rapproche de son visage, m’amusant quelques secondes avec une de ses mèches de cheveux, puis je viens l’embrasser délicatement.

S : Je te déteste…

Elle tente toujours de me repousser mais semble à bout de force. Je m’écarte quelques secondes pour la regarder puis je prends à nouveau ses lèvres dans les miennes pour échanger un baiser plus passionné que le précédent avant de descendre plus bas, laissant des trainées humides dans son cou et jusqu'à la naissance de sa poitrine.

S (se laissant aller dans les bras de Michael) : Je te…

Elle s’est arrêtée de parler alors que je passe ma main gauche sous sa cuisse pour la ramener à moi et que ma main droite explore son ventre sous le tissu de son débardeur. Elle a la peau si douce. Je continue mon chemin en direction de son dos, je la caresse délicatement en remontant le long de sa colonne vertébrale, Sara pousse quelques gémissements et je m’empresse de l’embrasser à nouveau. Je sens sous mes doigts, la dentelle de son soutient gorge et je remonte jusqu'à sa bretelle.

Je me sens partir dans ses bras, jamais nous n’avons été aussi proches et je me sens tellement bien. La chaleur de ses mains contre ma peau me remplie de bien-être. Il a ce pouvoir sur moi, il me procure tant de plaisir que je me sens femme à nouveau. Il est si doux que j’ai l’impression d’être entièrement sienne sous la caresse de ses mains. Mais je ne peux pas, nous ne pouvons pas continuer.

S (dans un gémissement) : Michael, qu’est ce que tu fais ?
M (la regardant avec un sourire coquin tout en jouant avec sa bretelle) : hum… Il me semble que je n’ai pas été desservi équitablement sur certain point docteur Tancredi. C’est à mon tour maintenant de profiter de toi. (la regardant intensément) Je t’aime Sara.

En disant ces mots, il me regarde d’une telle manière que je suis à deux doigts de craquer et de me laisser aller dans ses bras. Je sens une vague de chaleur emplir mon corps tout entier. De l’amour simplement ou du désir, je ne sais pas. Tout ce dont j’ai envie c’est de rester ainsi avec lui pendant des heures et de savourer ce moment, mais la situation et le mur froid contre mon dos me fait revenir à la réalité.

S (sérieuse mais à contre cœur) : Michael… on ne peut pas, pas ici.

Je la regarde toujours intensément et je comprends qu’elle a raison. Je lutte contre mon envie irrésistible de connaître enfin Sara Tancredi, de ne faire plus qu’un avec elle, et je remonte délicatement la bretelle de son soutient gorge qui était tombé sur son épaule. Je l’embrasse une dernière fois et je m’écarte d’elle à regret.

Un silence assez étrange s’installe entre nous mais il n’a rien d’inconfortable. C’est un silence rempli d’amour et qui est réconfortant. Quelques secondes plus tard, l’un des gardes rentre brusquement dans la pièce. Il est temps pour moi de repartir, je regarde Michael une dernière fois puis je me tourne vers le garde mais Michael attire une dernière fois mon attention.

M : Sara… Je suis content que tu sois venue.

Je me souviens du jour où il m’avait déjà dit cela à Gila, dans cette chambre au Nouveau Mexique. Une pointe de regret flotte en moi. Si seulement je ne l’avais pas quitté, tout serait si différent aujourd’hui.

En entendant mes paroles, je peux lire sur son visage le même sourire que le jour où sans vraiment le dire, je lui ai dit que moi aussi je l’aimais, ce qui me procure une joie immense, vite rattrapée par le déchirement de se quitter à nouveau.




voilà !! alors qu'avez vous pensé de cette confrontation entre michael et sara ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 21:06



Quelle confrontation Milii !!! C'était terrible, j'adore vraiment vraiment vraiment beaucoup beaucoup beaucoup tes descriptions, on s'y croit,c 'est génial !

J'adore aussi comment tu as construit ton récite, avec d'un côté la vision des choses de Sara, et de l'autre la vision de Michael, et ça nous donne deux versions différentes et je trouve que c'est super !

J'ai aussi énormément aimé le petit jeu entre Michael et Sara, avec une Sara qui pète un câble et un Michael qui sait comment la consoler

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 21:15

lol! merci !!
bon aller j'en remets une dernière pour aujourd'hui pour hafida qui me l'a demandé !! elle est très courte, ça change de la précédente. et moi perso je l'aime pas parce que j'ai du mal à parler à la troisième personne quand j'écris mais bon faut bien mettre un peu de suspense et faire avancer l'histoire...




Au même moment en dehors de la prison, deux hommes en costume attendent patiemment la sortie du docteur quand le téléphone de l’un d'eux vient à sonner.

Suz : Vous l’avez ?
… : Non, mais la voilà qui sort.
Suz : Attrapez là !

La jeune femme raccrocha le téléphone arborant un léger sourire au coin des lèvres. Elle se dirigea vers la porte se retrouvant dans une salle de bain. Elle se regarda quelques instants dans le miroir qui se trouvait face à elle. Après plusieurs secondes, elle se baissa afin de boire un peu d’eau provenant du robinet. Elle passa une main dans ses cheveux de manière à les lisser à la perfection et fit de même en défroissant les plis de son tailleur.

Suzanne était une femme ambitieuse, prête à tout pour atteindre son but. Depuis très longtemps sa vie était rythmée par les ordres de la compagnie. Elle avait gravit les échelons petits à petits, laissant derrière elle une pile de cadavres s’entasser. Elle n’était pas toujours fière de ce qu’elle avait fait, mais elle l’avait fait au début parce qu’elle pensait réellement que cela en valait la peine. Aujourd’hui, elle agissait plutôt par habitude que selon une véritable croyance. Il ne lui était donc pas toujours facile d’exécuter les ordres qu’on lui avait donnés. Toutefois, elle avait appris à se forger une carapace et beaucoup de gens la voyait comme une femme froide, sans scrupule et tenace, alors qu’en vérité elle s’était juste retrouvée prise au piège au sein d'un engrenage duquel elle ne pouvait plus s’échapper.

Elle se trouvait dans une petite maison au milieu de la forêt panaméenne. Le silence régnait sur les lieux. Tout paraissait calme et paisible, toutefois la tension était palpable. Suzanne vivait avec une pression importante que lui imposait la compagnie. Son équipe avait déjà tenté de capturer Sara Tancredi mais le plan avait échoué. Elle n’avait plus le droit à l’erreur. Si elle voulait obtenir ce qu’elle désirait de Michael Scofield, la jeune femme lui était essentielle.

Suzanne pris une grande inspiration, se regarda une dernière fois dans le miroir puis se tourna en direction du couloir de la maison. Elle se dirigea jusqu'à une petite pièce qui jusqu’alors était fermée à clef. Elle déverrouilla la serrure et entra.

Au milieu de cette pièce elle aperçut un jeune homme attaché à une chaise et bâillonné. Elle s’approcha lentement de lui afin de venir se placer à ses côtés. Elle constata après l’avoir observé ainsi quelques secondes que le jeune homme était effrayé. Elle décida finalement de lui ôter son bâillon.

Suz : Très bien LJ, je vais être claire avec toi, je suis une personne de raison. Si tu suis mes ordres, très bien, tout ira à merveille et tu retrouveras ta petite famille comme si rien n’avait jamais eu lieu. Mais si tu t’avise de jouer au héros ne serait-ce qu’un instant… sache que les héros ne s’en sorte jamais, et je me verrai contrainte de t’enfoncer personnellement cette lame (prenant un couteau et le faisant glisse sur le coup d’LJ) dans la chair de ton coup. Est-ce que nous sommes bien clair ?
LJ (effrayé) : Oui…
Suz : Très bien. (lui caressant le visage), maintenant ne t’inquiète pas, tu ne sera plus seul très longtemps, une amie de ton oncle va bientôt nous rejoindre.

Suzanne fut bientôt interrompu dans son discours par un homme se trouvant dans l’entrebâillement de la porte et qui attirait son regard. Il avait un téléphone à la main et le tendait en direction de Suzanne.

H : C’est lui, il veut vous parler.




bon voilà c'est tout...
un truc à savoir sur moi, j'adooooore le personnage de susan (oui à l'époque je l'écrivais pas de la même façon lol) / gretchen !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 21:22

Bon sang mais c'est quiiii au téléphoooone

Purée. J'espère qu'ils ne vont pas kidnapper Sara. Sinon ...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 21:47

mdr !!! ton avatar me fais délirer parce que c'est justement ce qui se passe dans la saison 3 (la vraie cette fois)... coucou sara... et couic !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hafida
A une idée de roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 34
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: ...
Book(s): raisons et sentiments

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 2nd 2008, 22:48

Bon voila j'ai lu les 3 suites alors je te parle d'abord de la dernière parce que les deux autres, trop wouaw et faut d'abord que je me remette de toutes ses émotions...

alors j'epsère qu'il ne l'auront pas Sara, ensuite, je suis toute triste pour LJ, je m'en souvenais pas qu'ils l'avaient prit lui.

Et j'aime trop le comportement de susan... j'ai essayé de lire les répliques de Susan comme une garce le ferait, et wouaw ca donne trop bien lol, je m'y suis cru vraiment.. (non non je ne suis pas une garce lol)

et la fin j'ai hate de savoir ce qu'on lui veut au téléphone mais je pense que ca doit être padman ou un de ses petits toutous...

bn ben à demain je pense pour la suite, d'ici la j'aurais reprit mes esprits concernant la confrontation Mike/Sara et leur petit jeu hummm (MiSa powa)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 3rd 2008, 22:49

bon voilà une suite. un nouveau chapitre. enjoy.



Chapitre 6 : Kidnapped

https://www.youtube.com/watch?v=j4y-RzVGrHg

Voilà maintenant près d’une heure que je suis ici, seul à l’attendre. Comme tous les matins depuis trois jours, les gardes sont venus me chercher pour m’emmener à l’infirmerie de Sona afin d’avoir mon auscultation privée. J’étais très enthousiaste à l’idée de revoir Sara après tout ce qui s’était passé hier entre nous. L’idée de sentir sa présence près de moi, de pouvoir être près d’elle et de la toucher… Chaque jour lorsque ma montre sonne un peu avant 8 heures, j’attends ce moment avec impatience. Mais aujourd’hui quelque chose ne va pas. Elle n’est toujours pas arrivée alors qu’il est déjà plus de 9 heures.

Pourtant j’avais tout prévu. Je voulais passer plus de temps avec elle que ces quelques minutes que nous échangeons quotidiennement depuis notre rencontre. Je voulais la sentir plus près de moi. Je voulais que nous puissions prendre notre temps.


Flash-back le jour précédent :

Je suis dans ma cellule, allongé sur mon lit, il est presque minuit et je n’arrive pas à dormir. Je pense encore et toujours à Sara, à ce matin et à ce que j’étais sur le point de faire. Peut être était-ce une erreur ? Oui sans doute. Pas ici, pas dans cette prison contre ces murs froids. Mais pourtant j’en avais tellement besoin. Je ne peux pas supporter de la voir pleurer ainsi, à cause de moi. J’avais besoin de sentir son corps contre le mien, pour la rassurer, pour me rassurer aussi. Je ne sais pas ce que j’aurais fait si elle était partie comme je le lui avais demandé, si elle avait choisie de refaire sa vie ailleurs, loin de moi, loin des problèmes. C’est pourquoi j’avais besoin de me sentir près d’elle, je ne supporterai pas qu’elle m’abandonne.

Je prends mon crâne entre mes mains. Tout se bouscule dans ma tête et je n’arrive plus à réfléchir correctement. Et pourtant un sourire se dessine sur mes lèvres à l’idée que Sara m’a totalement ensorcelée, j’adore ça et j’en veux plus.

Je suis sortie de mes pensées par des bruits de pas qui se dirigent vers ma cellule, un bruit de haché et lourd que je reconnais immédiatement. Une ombre se profile et elle confirme mon raisonnement. Bellick apparaît bientôt dans l’embrasure de la porte. Je m’assois vivement sur mon lit et mon regard devient tout à coup plus sombre.


B : Et Gueule d’ange, ta doctoresse revient demain matin ?
M (avec un air sévère et hautain) : …
B : Nan parce que je me disais, peut être que je pourrais lui rendre visite moi aussi.
M : Je t’interdis de l’approcher. Est-ce que c’est clair ?
B : Non mais pas de souci, en tout bien tout honneur. Je me disais qu’en souvenir du bon vieux temps, elle pourrait peut être essayé de me sortir de là.
M (toujours du même air) : …
B : Tu sais très bien que je suis innocent et que je ne mérite pas d’être ici.
M (le plaquant violemment contre le mur) : Tu ne chercheras pas à la voir et je ne lui parlerai pas de toi. Tu es ici est c’est tout ce que tu mérites.
B : Aller Gueule d’ange, on était amis toi et moi. J’étais plutôt sympa avec toi. Grâce à moi t’as pu retrouver ton copain Sucre quand Hairwyre est parti.
M (souriant ironiquement) : On était loin d’être amis et je me suis débrouillé tout seul pour le faire partir, (le poussant violemment en dehors de sa cellule) maintenant dégage.
B (tombant sur le sol et tendant la main vers Michael) : Michael je t’en ….
M : Dégage !

Je le vois se relever et partir loin de ma cellule. Je pousse un profond soupir et je m’assois à nouveau sur mon lit, sortant la photo de Sara pour la contempler quand un sourire se profile à nouveau sur mon visage. Finalement la visite de Bellick n’aura pas été inutile. En un instant j’ai l’esprit clair car j’ai trouvé ce que j’allais faire pour pouvoir passer plus de temps avec elle. Une voix me sort des pensées dans lesquelles je m’étais plongé.

Mac Grady : Elle est très jolie. Comment s’appelles t’elle ?
M (le regardant avec un large sourire) : Sara.
MG : C’est elle qui te fait sourire comme ça ?
M : Elle mais aussi ce que je m’apprête à faire pour elle.

Fin du Flash-back

Je regarde ma montre sans cesse, mais le temps tourne au ralenti. Je marche de long en large dans cette pièce qui me parait bien petite à présent. Je fais constamment une pause près d’une des fenêtres qui donne sur l’extérieur de la prison pour voir si elle n’arrive pas. Et à chaque fois j’ai la même sensation qui revient encore et encore quand je m’aperçois qu’il n’y a personne : j’ai le sentiment qu’on m’arrache le cœur, lentement et très délicatement pour me faire souffrir davantage. Je ne ressens même plus la douleur que j’éprouve au dessus de l’œil.

Après la visite de Bellick, j’ai repensé à Hairwyre et la façon dont je l’avais évincé de ma cellule pour retrouver Sucre. Je m’étais blessé à l’arcade sourcilière ce qui m’avait permi de passer plus de temps avec Sara. J’ai maintenant un léger filet de sang qui coule sur mon œil dû à la blessure que je me suis infligé il y à peine plus d’une heure.

Je n’en peux plus, je ne sais pas quoi faire. J’aimerais pouvoir sortir d’ici pour aller te retrouver. J’ai tellement peur de ne pas te voir arriver, d’autant que je n’ai pas eu de nouvelles de Linc ou Sucre hier soir non plus. Depuis que tu es partie, que tu m’as regardé une dernière fois, un sourire béat sur les lèvres, depuis ce moment où je n’ai plus eu aucune nouvelles.

Je ne veux pas que ce sourire soit la dernière chose de toi que je vois. Je veux pouvoir découvrir chacun de tes sourires tout au long de ma vie passée avec toi. Le sourire que tu afficheras quand toute cette histoire sera dernière nous. Celui que tu auras quand je t’inviterai à danser pour la première fois. Le sourire d’extase qui glissera sur tes lèvres quand nous ferons l’amour. Le sourire serein et apaisé que tu portes dans ton sommeil, et celui que tu affiches au petit matin. Je veux pouvoir me réveiller chaque jour auprès de toi, vivre ma vie à tes côtés, avoir des enfants avec toi.

J’aurais tellement aimé que notre vie soit différente, que nous nous soyons rencontrés ailleurs. Nous serions tellement heureux à présent. Je ne pourrai pas supporter qu’il te soit arrivé la moindre chose.

Je ressens soudain un violent excès de haine s’immiscer en moi. Une colère gigantesque envers la compagnie, mais aussi envers moi qui ai gâché tout ta vie. Je n’en peux plus et je pousse un cri pour évacuer toute ma rage et dans un geste involontaire, je frappe fortement ma main contre l’un des murs de l’infirmerie. Je reste quelques secondes immobile en regardant le sang couler de mon autre plaie, puis je m’adosse à ce mur.

Je suis à bout, prêt à lâcher prise quand tout à coup la porte s’ouvre. Mon cœur palpite et j’ai l’impression que le temps s’est arrêté alors que je ne vois personne entrer dans la pièce. Puis je vois la silhouette de Sara se profiler et un sentiment de soulagement immense me rempli le cœur, le corps et l’esprit, vite rattrapé quand je m’aperçois qu’elle aussi elle est blessée.





bon voilà pour ce soir. après relecture, je m'apperçois que c'est assez décousu et pas terriblement bien écrit (en plus yavé plein de fautes mais il en reste surement, et beaucoup de lettre oubliées), bref je crois que j'avais pas du me relire. aujourd'hui ya quelques petits trucs que je réécrirais différemment, mais je veux plus rien changer donc je laisse ça comme ça désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hafida
A une idée de roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 34
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: ...
Book(s): raisons et sentiments

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 4th 2008, 18:29

Cette suite est super, autant que les précédentes.

la petite altercation entre Mike et bellick est trés interessante, on sent bien le côté intéressé de Bellick et le fait que Mike a trés bien comprit qu'il ne veut que se servir de Sara et donc, il le remet direct à sa place.

l'idée de Mike pour avoir plus de temps avec Sara est interessante mais j'espère que tu ne lui fera pas trop de mal hein lol

sinon la fin elle me fait peur, pourquoi Sara est blessée et qui l'a fait ???

une tite suite ce soir ça serait cool.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
angel_keikoo
Habitué(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 25
Localisation : Ailleurs
Humeur : Girouette
Inscription : 31/07/2008

Les petits plus
Citation:
Book(s):

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 4th 2008, 21:31

Je viens de me mettre à lire ta fic, et j'aime vraiment.
Toutes les suites sont vraiment magnifiques, surtout les moments misa.
Bon vivement la suite, pour savoir pourquoi Sara est blessée.... scratch

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 4th 2008, 21:34

Miliiiiiii !!! Pitié attends moaaa !! Je n'ai pas le temps de lire ce soir, je me rattrape demain, et j'ai envie de savourer cette suite et de te faire un commentaire digne de ce nom, alors atta avant de poster une suite pleaaaase

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
miliibnb
Ecrit sa première nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 227
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: "si el pelo fuera importante estaria dentro de la cabeza y no afuera"
Book(s): Persuasion et Expiation

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 4th 2008, 23:23

bon pour les réclammations, voir nickki
je poste la suite demain !! mais je peux déjà dire que va y en avoir un qui va pas être content !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hafida
A une idée de roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 34
Inscription : 29/07/2008

Les petits plus
Citation: ...
Book(s): raisons et sentiments

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 4th 2008, 23:30

Nickki a écrit:
Miliiiiiii !!! Pitié attends moaaa !! Je n'ai pas le temps de lire ce soir, je me rattrape demain, et j'ai envie de savourer cette suite et de te faire un commentaire digne de ce nom, alors atta avant de poster une suite pleaaaase
Nickki t'abuse la, tu nous fait tirer le suspence... quand le train passe faut pas le rater la prochaine fois.... grr Nickki

miliibnb a écrit:
je poste la suite demain !! mais je peux déjà dire que va y en avoir un qui va pas être content !!
Et qui ne va pas être content ???

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   Août 5th 2008, 10:30



Je saiiis, vous ne devez vous en prendre qu'à moi, c'est ma faute si j'ai instauré ce suspens insoutenable

Mais j'ai eu l'occasion de lire ce chapitre et franchement ...

Comme Hafida, j'ai bien aimé le face-à-face Bellick/Michael, parce qu'on retrouve la caractère de Bellick, à savoir égocentrique et prêt à tout pour obtenir ce qu'il veut, quitte à utiliser certaines personnes ...

Quant à Sara, j'ai un peu la même idée que toi AK On verra bien ce que nous réserve Milii ...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Prison Break] Strong and Alive   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Prison Break] Strong and Alive
Revenir en haut 
Page 2 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Prison Break S3 (spoiler inside)
» PRISON BREAK - THEODORE BAGWELL
» [Série Us] OZ - Ou la série qui à inspiré Prison Break
» fin de prison break
» Prison Break Season 1 (Zone 1 VOstf)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murray Hill :: L'écriture est le seul espace de liberté absolue. [Nicolas Fargues] :: Prison Break-
Sauter vers: