The Murray Hill

Un forum pour les fans de lecture et d'écriture !


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Prison Break] Finding a way that leads to you

Aller en bas 
AuteurMessage
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 5th 2009, 22:31

Coucou !

Après moult temps sans rien écrire sur PB, me v'là de r'tour avec une nouvelle fic, qui a la base devait être un OS mais bon, vous savez ce que c'est hein xD

Bref, v'là le tout début, j'aurais besoin d'un avis ou deux pour savoir si je continue dans ma lancée ou pas



****
***
**
*



Titre: Finding a way that leads to you / Trouver le chemin qui conduit vers toi
Auteur : Nickki
Spoilers : Saison 4 (enfin ... y'a pas de gros spoilers hein, étant donné que je ne les lis pas (Hein Tan xD))
Résumé : Famille, quand tu nous tiens ...
Notes : Histoire basée sur l’hypothèse que la saison 4 ne se finisse pas dans le sang et les larmes xD Et au passage je remercie Cute Poison, alias Nawelle, pour ses idées (Bah oui Chouquette, c'est grâce à toi cette fic )

-




1. Gone
( | Parti | )


Los Angeles

Tout était fini. Mais malgré cet état de fait, Sara se sentait comme sur le qui-vive. La trahison de Don Self lui était restée en travers de la gorge, et la jeune femme était devenue méfiante à l’égard de tout le monde. Elle trouvait cela déplorable, qu’à cause de tout ça elle n’arrivait plus à placer sa confiance en personne. Le monde était devenu à l’image de tous ces gens qui s’étaient joués d’eux. Un endroit inhospitalier, sombre, sans espoir, sans lumière, sans foi, sans rien.

Toutes leurs affaires étaient rassemblées devant le petit hôtel qu’ils occupaient, Lincoln, Michael et elle, en attendant de décider quoi faire, ou aller. La liberté, ils s’étaient battus pour la retrouver ; mais maintenant qu’ils l’avaient acquise, c’était comme un saut dans l’inconnu : où aller, quoi faire, pourquoi … Tant de questions et d’appréhension. Mais aucun d’entre eux n’auraient eu la mauvaise idée de se plaindre. Ils étaient libres, et peu importait le reste.
Sara monta deux par deux les escaliers jusqu’à atteindre le palier où se trouvait la chambre qu’elle partageait avec Michael. Elle ouvrit la porte, s’attendant à trouver le jeune homme dans la pièce ; mais il n’était nulle part. Nerveusement, la jeune femme passa ses doigts dans ses cheveux ; elle se traita instantanément d’idiote. Il ne pouvait pas être loin. Il était sans doute allé acheter à manger, ou autre chose, n’importe quoi.

La grue en papier posée sur le couvre-lit la détrompa.


-=-



Sara scrutait le visage de Lincoln alors qu’il déchiffrait lentement les quelques lignes que la jeune femme avait découvert en dépliant l’origami. Après quelques secondes, il leva les yeux vers elle.

-Ecoute Sara … Michael a toujours fait ce qu’il a voulu. Il devait avoir une bonne raison …
-Une bonne raison ?? s’indigna Sara qui s’attendait à un soutien de la part de Lincoln. Et tu ne crois pas qu’il en avait de bonnes pour rester aussi ?
-Sara … Je sais que tu tiens à lui, mais je connais mon frère.
-On doit le retrouver Lincoln. Il ne peut pas être parti … comme ça !
-On ne le retrouvera pas. S’il ne veut pas l’être, c’est inutile, on perdrait notre temps. Ecoute …

Il posa une main qu’il voulait rassurante sur l’épaule de Sara.

-Je suis sûr qu’il reviendra. Il tient à toi.
-Vraiment ? Permet moi de douter de ça, Lincoln. On se retrouve là, libres, on n’a plus besoin de regarder derrière nous constamment, du moins j’ose l’espérer, et lui il fiche le camp ?

Lincoln, en lui-même, pensa que la jeune femme avait tout à fait raison. Ça avait toujours été le style de Michael, ça. Foutre la merde quand tout commençait à s’arranger. En même temps, il ne s’inquiétait pas trop ; lorsque son cadet avait quelque chose en tête, il ne l’avait pas ailleurs. Tout ce qui l’inquiétait maintenant, c’était qu’il savait pertinemment que Sara n’allait pas le laisser s’en tirer comme ça. S’il fallait qu’elle traverse tous les Etats Unis, elle le ferait, il en était persuadé.

-Comme je te l’ai dit, il devait avoir une bonne raison. D’ici quelques jours il va sûrement t’appeler et tu pourras… hum … lui demander des comptes. Mais pour l’instant, viens avec moi rejoindre LJ et Sofia. Repose-toi quelques jours et ensuite … tu pourras faire ce que tu veux.


La proposition de Lincoln était tentante. Sara savait combien elle avait besoin de lâcher prise pendant quelques temps ; de ne penser qu’à elle, de cesser d’être constamment sur la défensive. Quelques fois, elle s’étonnait elle-même : comment avait-elle pu ne pas devenir complètement cinglée ? Elle n’aurait pu situer avec précision le moment où l’angoisse et la peur étaient devenues une constante. Comme si au fil du temps, elles s’étaient confortablement installées en Sara pour faire partie intégrante de son corps.

-Où … Où sont-ils ?
-Ils sont restés au Panamá. On a prévu de rester quelques temps là-bas et puis ensuite de revenir ici, aux Etats Unis. Pense un peu à toi Sara. Laisse-toi le temps de souffler.
-Je ne sais pas… Je pense que je serais incapable de me détendre en ne sachant pas ce que fait Michael et pourquoi il a disparu. Il ne répond pas au téléphone, j’ai dû lui laisser au moins trente messages …

Excédée, Sara se détourna de Lincoln et fit quelques pas sur le trottoir. Elle lutta pour retenir les larmes qui menaçaient de dévaler ses joues, tout en pensant que c’était vraiment le comble. Alors que tout finissait par s’arranger, il restait tout de même une ombre au tableau. Non, elle ne pouvait pas partir. Pas avant de l’avoir revu et de lui avoir parlé. Et s’il ne voulait pas revenir vers elle, tant pis. Cela ne ferait que confirmer que toute cette histoire avait finalement eu raison d’eux. Elle se résignerait. Elle essaierait.
Sara revint se planter face à Lincoln.

-Ecoute Linc … Ta proposition est très généreuse, vraiment, c’est … C’est vraiment très gentil à toi. Mais je ne peux pas.

Le jeune homme resta un instant silencieux, scrutant les yeux bruns de Sara.

-Très bien, dit-il enfin. Mais écoute … Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu m’appelle. Notre porte te sera toujours ouverte.
-Merci, merci beaucoup.

Ils s’étreignirent, puis Sara s’empara de son sac et héla un taxi. Avant d’y monter, elle jeta un dernier regard à Lincoln, qui lui répondit par un faible sourire.

-=-



2. Hidden
| Cachée |


Chicago

La rue en contrebas était inondée de soleil ; l’été n’était pas loin. Zoe Porter essaya d’imaginer les rayons de l’astre sur sa peau, mais elle abandonna vite ; comment ressentir de la chaleur alors que sa chambre d’hôtel était complètement plongée dans la pénombre ? La jeune femme n’avait jamais eu une imagination très développée ; et à cet instant, elle aurait préféré descendre et rester plantée sur le trottoir, les yeux fermés, le visage levé vers le soleil. Seule la peur l’en empêchait.
Ses doigts jouèrent un instant avec le vieux rideau occultant qu’elle tenait écarté pour observer le monde, en bas, puis elle laissa retomber son bras et se retourna pour faire face à la chambre.

Le rideau ne laissait plus passer de lumière ; seule la petite fenêtre de la salle de bain projetait une faible lueur dans la pièce. Dans la quasi obscurité du lieu, ses affaires et les quelques meubles ne ressemblaient qu’à des choses sans forme éparpillées dans la pièce. Mais Zoe avait passé tellement de temps dans cette chambre qu’elle aurait pu en décrire les moindres détails …
Ses deux valises n’étaient pas défaites. Reposant par terre, elles étaient ouvertes, révélant des piles de vêtements presque parfaites. Zoe prenait un soin tout particulier à tenir en ordre ses valises. On ne sait jamais quand le passé pouvait nous rattraper, n’est-ce pas ? Le lit, défait, témoignait d’une nuit agitée : les draps étaient froissés, l’oreiller en boule, et le couvre-lit élimé traînait par terre. La seule et unique fois où un lit avait ressemblé à ça après son passage, c’était à Albuquerque, lorsqu’elle s’était laissée aller à faire l’amour avec un total inconnu. Pour sa défense, Zoe se disait que c’était alors une période particulièrement difficile de sa vie ; et hier après-midi, elle avait quand même frôlé la catastrophe. Pas étonnant qu’elle ait mal dormi …

Avec un soupir, Zoe s’empara de quelques affaires et se dirigea vers la douche. Il fallait bien qu’elle mange.

_________________




Dernière édition par Nickki le Février 23rd 2009, 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
Eowindawell
Ecrit son roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 396
Age : 28
Localisation : Dans un château avec Dracula^^
Humeur : Toujour le sourire
Inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 6th 2009, 18:41

J'ai vraiment hatte de lire une suite!
Tu ecris toujours aussi bien tes textes, je les adores!
Bravo! tu a vraiment du talent!
Quand à l'os, ou ce trouve Michael? et qui est cette Zoé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asfalath
Ecrit son second livre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 911
Age : 34
Localisation : seine-et-marne
Humeur : joyeuse
Inscription : 28/09/2008

Les petits plus
Citation: The darkness breathe
Book(s): Nevermore

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 6th 2009, 18:58

Excellent j'en veut encore!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 6th 2009, 21:03

Merci les filles

Voici une suite ! =)



3. Why did you leave me ?
| Pourquoi m’as-tu quitté ? |



Los Angeles



La petite pièce exigüe dans laquelle Sara se trouvait n’arrangeait rien. Elle sentait monter en elle une désagréable sensation de claustrophobie, et l’angoisse qu’elle ressentait depuis qu’elle était montée dans ce fichu taxi allait de mal en pis.

Après avoir quitté Lincoln, Sara s’était mis en quête d’un petit hôtel pour se poser et réfléchir. Le chauffeur avait été d’une aide précieuse puisqu’il lui avait indiqué un endroit pas cher et assez discret ; mais Sara commençait sérieusement à regretter de n’avoir pas choisi quelque chose de plus grand. En quelques pas, elle fut devant la fenêtre et l’ouvrit brusquement. Le brouhaha de la ville en dessous l’apaisa quelques instants, et elle prit une profonde inspiration avant de se mettre à réfléchir.

La veille de la disparition de Michael, ils étaient tous les deux dans leur chambre d’hôtel, une chambre adjacente à celle de Lincoln. Un peu sonnés par leur liberté nouvellement acquise, ils étaient tous deux assis au bord du lit, ne sachant trop que dire, que faire. Ce fut Michael qui rompit le silence.

-Qu’est-ce que tu … hum … Où veux-tu qu’on aille demain ?

Sara l’avait regardé, un peu étourdie d’avoir enfin le choix.

-Je ne sais pas trop … Tu m’avais parlé d’un magasin de plongée au Panamá.

Michael rit doucement.

-Je ne pense pas que ça sera pour tout de suite. Et puis je n’ai pas envie de me lancer tout de suite dans les affaires. J’ai bien envie de … profiter un peu. De ça. De toi.

Un sourire étira les lèvres de Sara. Elle détourna la tête pour cacher sa gêne.

-On ira n’importe où, dit-elle finalement. On n’aura qu’à … décider une fois que nous serons à l’aéroport.
-Je suis d’accord.

Le silence s’installa une fois de plus. Michael posa sa main sur celle de Sara.

-Ma mère veut me voir avant que nous partions. Je lui ai dit que je passerais en fin d’après-midi.

La jeune femme acquiesça, mais Michael sentit qu’elle n’était plus emballée que ça par cette visite.

-Hey, murmura-t-il en levant la main pour la poser sur la joue de la jeune femme. Il ne m’arrivera rien.
-Hm … Si toute cette histoire m’a appris une chose, c’est de ne jamais être sûr de quelque chose …
-C’est une simple visite Sara. Je ne sais pas très bien de quoi elle veut me parler, mais je te jure qu’il ne m’arrivera rien.

A cet instant, Sara décida d’arrêter de s’en faire. Il était une heure de l’après-midi, ils étaient seuls tous les deux, et puis Michael avait passé son bras autour de sa taille, son visage était très près du sien, elle pouvait sentir son souffle sur sa joue …

Oui, à ce moment la jeune femme pensait que plus rien ne pouvait venir entraver la fabuleuse liberté qu’ils venaient de retrouver. Accoudée à la petite balustrade de la fenêtre de sa chambre d’hôtel, Sara se souvint très clairement de qu’elle avait ressenti, alors que Michael approchait encore un peu plus son visage du sien. Une grande bouffée d’espoir, et l’impression un peu folle d’être invincible, que plus rien ne pourrait les arrêter. Avec un frisson, qui n’avait rien à voir avec la légère brise qui balayait la ville et qui caressait doucement son visage, Sara continua à errer dans ses souvenirs tout frais, qui dataient de la veille. Elle se remémora la façon dont les lèvres de Michael étaient venues se sceller aux siennes ; la façon dont ses mains s’étaient mises à chercher à s’insinuer sous ses vêtements ; la sensation nouvelle de sentir la peau du jeune homme glisser sur la sienne. En quelques secondes, il se trouvait au dessus d’elle ; en un regard, ils se comprirent. Aucun d’eux ne voulait gâcher pareil moment ; aucun d’eux ne voulait se donner à l’autre dans pareilles circonstances.
Alors Michael vint se coucher près de Sara, et ses doigts caressèrent délicatement sa joue. Il posa une nouvelle fois ses lèvres contre les siennes, puis Sara le vit fermer les yeux et fit de même.

Sara se souvint être alors tombée dans un demi-sommeil. A la limite de l’inconscience, elle sentait néanmoins la présence de Michael à ses côtés, une présence rassurante qui la fit rapidement s’endormir profondément.

*


Rien dans l’attitude de Michael n’avait laissé supposer que son entrevue avec sa mère s’était mal passée. Il était revenu à l’hôtel, il lui avait brièvement raconté comment cela s’était passé, et c’était tout. Ils avaient ensuite été dînés dans un coquet petit restaurant, et c’était tout.
Mais maintenant qu’elle y repensait, et avec un peu de recul sur les évènements, Sara devait bien admettre que Michael s’était montré quelque peu évasif lorsqu’il avait évoqué sa rencontre avec Christina Rose. A ce moment-là, la jeune femme n’avait rien remarqué, trop occupée à savourer les prémices d’une nouvelle vie.

Mentalement, Sara se traita d’idiote. Elle quitta la fenêtre et décida d’aller manger un morceau ; cela lui permettrait de réfléchir à la suite des opérations.

-=-



4. Flight
| Vol, fuite |



Aéroport International de Los Angeles

Il joua des coudes parmi la foule pour approcher suffisamment près du tableau d’affichage des départs pour être en mesure de vérifier l’heure à laquelle son vol pour Chicago devait décoller. Légèrement étourdi par la foule autour de lui, il repéra un banc à l’écart et s’y assit. Il observait les gens sans vraiment les voir ; et depuis qu’il s’était engouffré le matin même dans le taxi, il devait faire des efforts pour ne pas penser à elle. Il était bien conscient que ce qu’il lui avait fait était impardonnable, mais il ne voulait tout simplement pas l’entraîner dans une autre aventure dont il ne connaissait pas l’issue.

Au bout de quelques minutes, il fut tiré de son inertie contemplative par une petite fille qui vint s’assoir près de lui.

-T’es triste ?

Il tourna la tête pour plonger ses yeux dans ceux, d’un bleu intense, d’une petite fille aux cheveux châtains attachés en deux tresses.

-Un peu, lui répondit-il.

Il leva un instant les yeux et fouilla quelques secondes l’aéroport ; à quelques mètres d’eux, il vit une femme brune surveiller la petite fille du coin de l’œil.

-Et toi, tu es triste ?
-Non, moi je vais voir mon grand-père à New York. Pourquoi t’es triste ?
-Hum … J’ai quitté mon amoureuse pour aller à Chicago.
-Ton amoureuse ? Pourquoi t’as fais ça ?
-Je dois … faire quelque chose d’important là-bas.

La petite fille baissa la tête, comme si elle réfléchissait.

-Elle doit être triste aussi ton amoureuse. J’m’appelle Lynn, et toi M’sieur ?
-Moi c’est Michael.


-=-




5. Running
| Courir |




Chicago


Les bras chargés de sac en papier dans lesquels se trouvaient de la nourriture pour environ quatre jours, Zoe Porter referma la porte de sa chambre d’hôtel à l’aide de son pied. Elle déposa les sacs sur le lit, toujours défait, poussa un soupir de soulagement, s’empara d’un sachet de bonbons, l’ouvrit et enfourna quatre sucreries dans sa bouche. Le goût sucré lui tira un frisson de plaisir.

Lorsqu’elle eut vidé les trois quarts du paquet, elle le posa sur la petite commode à côté du lit, reprit les paquets dans ses bras et les posa sur l’évier, dans la petite kitchenette adjacente à la salle de bain.

Depuis cette pièce, elle entendit un bruit, presque imperceptible. Le claquement de deux portières de voitures, successivement.

Zoe se rua vers la fenêtre et écarta violemment le rideau, projetant une vague de lumière dans la pièce. Comme toujours lorsqu’elle entendait une voiture se garer et des portières claquer, une peur panique s’empara d’elle ; la plupart du temps, il ne s’agissait que d’autres clients de l’hôtel, ou alors des habitants des immeubles avoisinants.

Mais cette fois, ce que la jeune femme vit en contrebas faillit lui arracher un cri de désespoir.

Deux voitures noires étaient stationnées juste en dessous de sa fenêtre. Quatre hommes en costumes noirs se dirigeaient d’un pas vif vers l’entrée de l’hôtel ; et pendant quelques secondes, Zoe put apercevoir, à la ceinture de l’un d’eux, l’étui qui contenait l’une des armes qui allait sûrement la tuer.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
Cute Poison
Murray's Team
avatar

Féminin
Nombre de messages : 594
Age : 24
Localisation : MARS
Humeur : CRAZY
Inscription : 27/07/2008

Les petits plus
Citation: Je suis idiote!
Book(s):

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 6th 2009, 21:13

J'ai pas le temps de beaucoup commenter comme d'hab mais ces suites sont du tonnerres !! ma poule tu nous écris un vrai bijoux là !! continue continue
J'adore touuuuuut encore une fois. Ca s'emboîte bien. Congratz'.
PS : la fin est superbe !! :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lisbeth salander
Murray's Team
avatar

Féminin
Nombre de messages : 580
Age : 49
Localisation : ???????????????
Humeur : ?????????????????????
Inscription : 28/07/2008

Les petits plus
Citation: je veux une vie en forme d'arête sur une assiette bleue, Boris Vian
Book(s): l'homme inquiet, henning mankel

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 6th 2009, 21:17

je viens deux lire les deux chapitres à la suite et je ne peux que te dire Bravo!

Tu explores une direction nouvelle à laquelle je n'avais pas du tout pensé et tu le fais avec talent encore une fois, ton style est toujours impeccable et on sent que tu sais où tu vas, que tu es sûre de toi et de ton histoire.

Félicitation ma belle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cute Poison
Murray's Team
avatar

Féminin
Nombre de messages : 594
Age : 24
Localisation : MARS
Humeur : CRAZY
Inscription : 27/07/2008

Les petits plus
Citation: Je suis idiote!
Book(s):

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 7th 2009, 12:05

+1 Lisbeth !! c'est tout à fait ça !
J'aime beaucoup les idées que tu developpes, la façon dont tu tournes l'histoire, et j'avoue que je suis fan !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aventurine
A une idée de roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 331
Age : 27
Localisation : Derrière un shéma d'anat', un cours de psycho à portée de main!
Humeur : Lessivée
Inscription : 30/07/2008

Les petits plus
Citation: "Il est des mystères que l'on peut à peine imaginer, et que l'on ne résoudra qu'en partie." [Dracula, Bram Stocker]
Book(s):

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 7th 2009, 15:37

Une nouvelle fic de Nickki ouahou!!!
Je n'ai pas trop eu le temps de venir sur le forum cette semaine et encore moins de commenter mais là que j'ai quelques minutes je veux te féliciter car ces deux premières suites me mettent l'eau à la bouche!
La situtation que tu décris est différente et on voit à la manière d'écrire que ton histoire est bien ficélé, comme un grand auteur!

J'ai hâte de lire la suite!! Beau travail!

(Juste un petit message pour Cute: j'ai lu ton texte (personnel) et je suis vraiment désolée je ne pas l'avoir encore commenté... mais je ne veux pas le blacler vu ce qu'il m'inspire.... Bravo ma belle )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cute Poison
Murray's Team
avatar

Féminin
Nombre de messages : 594
Age : 24
Localisation : MARS
Humeur : CRAZY
Inscription : 27/07/2008

Les petits plus
Citation: Je suis idiote!
Book(s):

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 8th 2009, 16:28

aventurine a écrit:

(Juste un petit message pour Cute: j'ai lu ton texte (personnel) et je suis vraiment désolée je ne pas l'avoir encore commenté... mais je ne veux pas le blacler vu ce qu'il m'inspire.... Bravo ma belle )

T'en fais pas, tu commenteras quand tu auras le temps, ça me fera tout autant plaisir. Déjà le fait que tu y penses c'est un joli cadeau. A bientôt et bisous !

Alors Olé, une ptite suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nickki
The Founder
avatar

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 29
Localisation : Murray Hill, New York
Inscription : 15/07/2008

Les petits plus
Citation: Life isn't how you survive the storm, but how you dance in the rain.
Book(s): La nostalgie de l'ange - Alice Sebold

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 12th 2009, 12:14

Oh pinaise, merci pour tous ces comms les filles ! V'là une suite drunken


6. Running (2ème partie)


La fuite faisait depuis quelques temps partie intégrante de sa vie. Zoe s’était habituée à n’avoir aucune attache, aucun endroit fixe où rester plus d’une semaine. Son existence ne consistait qu’à se cacher, à fuir quand il le fallait et à rester en vie. Le reste ne comptait pas. Depuis des mois, la jeune femme parcourait les Etats Unis, s’établissait quelque part, puis, quand on la retrouvait, fuyait encore. Les « Men in Black » comme elle les appelait lorsqu’elle était d’humeur à plaisanter, ne mettait pas plus de quatre jours pour retrouver sa trace, malgré qu’elle redoublait de prudence lorsqu’elle se déplaçait.

Lorsque Zoe Porter aperçut les quatre hommes se précipiter vers l’entrée de l’hôtel, son cœur s’emballa, à tel point qu’elle se retrouva le souffle court. Pendant quelques secondes, son corps et son cerveau furent comme paralysés ; incapable de bouger et de prendre une décision, elle resta immobile près de la fenêtre, la respiration rapide, son regard fouillant la pièce comme s’il y avait une issue cachée. Puis, comme si elle avait reçu une décharge électrique, Zoe se précipita sur ses valises telle une furie. Les types en noir devaient être au second étage. Il n’y avait pas d’ascenseur dans cet hôtel, c’était là un des critères obligatoires lorsque Zoe choisissait ses hôtels. Cela lui laissait quelques secondes de plus pour fuir …

Une fois ses valises fermées, la jeune femme eut une pensée fugitive pour la nourriture, dans la kitchenette. Elle pourrirait sans doute jusqu’à ce que quelqu’un s’en occupe … Zoe avait un esprit très méthodique, elle ne laissait rien au hasard ; elle ne croulait pas sous l’argent, et le peu qu’elle avait de côté lui servait pour les billets d’avions, les voyages en car d’un état à un autre, la nourriture, les hôtels. Lorsqu’elle le pouvait, Zoe prenait des petits boulots, qu’elle devait quitter quelques jours après avoir été embauchée. Une vie régie par la prudence, mais aussi par la peur. Un seul faux pas, et un de ces types qui gravissaient en ce moment les escaliers serait son bourreau.

La jeune femme sortit dans le couloir en tirant ses valises. Elle referma la porte ; cela retarderait peut-être ses poursuivants de quelques secondes, le temps qu’ils la cherchent dans la chambre et qu’ils ne s’aperçoivent qu’elle avait déjà mis les voiles.

Mais peut-être Zoe Porter avait-elle sous-estimé les hommes en noir.

A peine avait-elle fait quelques pas dans le couloir qu’ils déboulèrent ; ils hurlèrent quelque chose qu’elle n’entendit pas. Terrorisée – ils ne l’avaient jamais approchée d’aussi près -, Zoe commença à courir dans le couloir, traînant ses valises derrière elle ; à quelques mètres à peine de la sortie de secours, des balles sifflèrent à ses oreilles. La plupart vinrent se ficher dans le mur en face ; mais l’une d’elle effleura le bras de la jeune femme, lui arrachant un cri de douleur. Les hommes en noir se rapprochaient dangereusement d’elle ; ignorant la douleur qui irradiait dans tout son bras, elle souleva une de ses valises et la jeta violemment vers ses poursuivants ; l’un d’entre eux, déséquilibré, tomba lourdement sur le sol. Les trois autres contournèrent l’obstacle en quelques secondes ; Zoe s’empara de la deuxième valise, recula un peu puis, de toute la force qu’elle possédait encore, la propulsa sur les trois hommes. Sans prendre la peine de s’assurer que son bagage, lourd de vêtements, avait accompli son œuvre, Zoe se rua vers la sortie de secours.

*



-PORTER !!!!

L’interpellée fit brusquement volte-face. Quelques instants auparavant, elle avait dévalé, ou plutôt survolé les escaliers menant dans la petite ruelle adjacente à l’hôtel dans laquelle elle se trouvait à présent. Un des hommes en noir la tenait à présent en joue, prêt à tirer au moindre de ses mouvements.

-Si tu bouges, tu finiras ta vie dans cette ruelle, Porter. A toi de choisir.
-Je n’appelle pas ça un choix, souffla Zoe, haletante.

Une tache écarlate s’élargissait progressivement sur sa chemise blanche, là où la balle l’avait effleurée.

-Viens doucement par ici, lui intima l’homme. Et pas de gestes brusques.

Zoe prit un instant pour envisager toutes les possibilités qui s’offrait à elle. Elle n’avait que quelques secondes pour prendre une décision ; si elle choisissait de fuir, l’homme l’abattrait d’une balle dans le dos ; si elle se rendait, Dieu sait ce que ces tarés lui feraient subir. Que faire alors ? Prendre le risque de se faire tuer ici, ou bien …

-Hey !! Mais qu’est-ce que vous faites ?!

Derrière l’homme en noir, un type, d’une trentaine d’années. Un passant quelconque, qui avait sans doute la fâcheuse habitude de jeter un coup d’œil dans chaque ruelle humide devant lesquelles il passait … A cet instant, Zoe saisit sa chance, sans se préoccuper des conséquences. L’homme en noir fit volte face pour voir qu’il l’avait interpellé ainsi ; Zoe se retourna et commença à courir.

Quelques secondes plus tard, elle entendit un coup de feu, et puis le bruit mat d’un corps qui tombe à terre. Encore une victime innocente de plus. Un dommage collatéral. Un type qui n’avait rien demandé à personne.

*


7. Anger
| Colère |



Quartier Général de la Compagnie, Los Angeles


-Quatre hommes, et aucun n’a été capable de la ramener !!

Au fur et à mesure qu’il s’emportait, Jonathan Krantz s’empourprait un peu plus. On aurait dit que ses yeux verts étaient prêts à tuer ; immobile devant la fenêtre panoramique de son bureau, il balayait de son regard plein de rage la ville qui s’étendait à ses pieds. Un peu comme un prédateur qui aurait à sa merci un nombre incalculables de proies potentielles. L’homme en noir, près de la porte, frissonna légèrement.

-Comment avez-vous pu la laissez s’échapper ? !
-Il … Il y avait cet homme, Monsieur … Il m’a vu dans la ruelle avec elle, il a voulu intervenir et j’ai dû me débarrasser de lui.
-Et Porter vous a filé entre les doigts, c’est ça ?
-Oui … Monsieur.

L’homme en noir déglutit difficilement. Le Général Krantz se retourna et marcha vers lui.

-Vous l’avez blessée, n’est-ce-pas ?
-Oui, l’une de mes balles l’a effleuré. Elle avait l’air mal en point quand je l’ai…
-Laisser filer !!

L’homme crut que son patron allait le liquider sur place. Il ne savait pas pourquoi le Général tenait tant à récupérer cette fille, et il n’allait pas se risquer à le lui demander. De toute façon, il n’était pas payé pour poser des questions. Il pensa subitement qu’il aurait dû abattre cette garce avant qu’elle…

-Ecoutez. Vous allez la retrouver. Prenez tous les hommes qu’il vous faudra, passez TOUTE la ville au peigne fin, vous m’entendez ? Les aéroports, les gares routières … Vous vérifiez tout. Et si vous n’êtes pas capable de la retrouver… C’est vous qu’on retrouvera.

-=-


8. Making a Decision
| Prendre une décison |



Quelque part à Los Angeles, dans un motel


L’après-midi était déjà bien avancé lorsque Sara Tancredi prit finalement une décision. Pendant plus de deux heures, la jeune femme avait tourné et retourné le problème dans tous les sens : Michael pouvait être n’importe où. Il pouvait très bien se trouver ici, à L.A., comme à Dallas, à la Nouvelle Orléans, à New York … Impossible de savoir. Sara ne savait pas pourquoi le jeune homme était parti, ce qu’il cherchait, ce qu’il fuyait … Elle n’avait aucune piste. Michael restait désespérément injoignable ; à chaque fois, elle tombait sur son répondeur, et était contrainte de laisser un message. Sara était à peu près sûre qu’il les écoutait ; ce qui la confortait dans l’idée qu’il y avait bien une raison valable à son départ. Restait à trouver cette fameuse raison.

Mais pour l’instant, Sara se concentrait sur la décision qu’elle venait juste de prendre. C’était risqué, c’était certes un peu fou, mais c’était la seule alternative qu’elle possédait.

Tout en s’asseyant sur le lit, Sara composa le numéro de Lincoln. Par chance, elle tomba sur le répondeur ; l’aîné de Michael n’aurait sans doute pas beaucoup apprécié son plan.

Une fois le message laissé, et une fois qu’elle eut passé une dizaine de fois ses doigts dans ses cheveux, Sara se leva et se prépara à sortir.

A affronter Christina Rose Scofield.


-=-


9. Regrets
| Regrets |



Vol 565 à destination de New York, escale à Chicago
Quelque part au dessus du Colorado



-Votre fille m’a dit que vous alliez à New York ?
-C’est exact, nous rendons visite à mon père.


Par un heureux hasard, Michael était placé juste à côté de la mère de la petite fille qu’il avait rencontrée à l’aéroport de Los Angeles. Lynn s’était endormie, la tête posée sur l’épaule de Julia.

-Et vous, reprit la mère de la petite, qu’allez-vous faire à Chicago ?
-Je hum … J’ai quelques petites affaires à régler là-bas.
-Je vois. Lynn, qui ne peut pas s’empêcher de tenir sa langue, dit Julia avec un regard attendrissant pour sa fille, m’a dit que … vous aviez quitté … quelqu’un, à L.A. ?

Michael sourit et décida de jouer franc jeu. Du moins … jusqu’à un certain point seulement.

-Oui. J’ai laissé derrière moi une femme. Je ne sais pas si elle sera capable de me pardonner ça.
-Hum … Je pense que si elle vous aime vraiment, elle saura trouver la force de le faire, non ?
-Sans doute. Mais je lui en ai déjà demandé trop.

Julia observa un instant Michael. Elle le trouvait mystérieux. Ses yeux exprimaient quelque chose que la jeune femme n’arrivait pas à définir clairement ; était-ce de la peine, de la souffrance, une empathie particulière pour les autres, tout ça à la fois ? Cet homme était décidemment très intriguant. Julia sentait qu’elle pouvait lui faire confiance ; en fait, elle se sentait en sécurité, un sentiment qu’elle n’avait éprouvé que rarement dans sa vie.

-Mon mari est mort en Irak, dit-elle soudain. Il y a tellement … tellement de choses que j’aurais dû lui dire avant qu’il ne parte, tellement de choses que j’aurais dû faire … Les regrets ne sont pas bons, Michael.

Julia sentit monter en elle une vague de chagrin, comme chaque fois qu’elle repensait à son défunt mari, mort dans une guerre qu’elle jugeait inutile et cruelle. Elle fit de son mieux pour se contenir.

-Je suis désolé, murmura Michael.
-Ce n’est rien. C’était il y a un an déjà, mais quelques fois, c’est dur.

Michael acquiesça silencieusement, perdu dans ses pensées. Les paroles de Julia résonna dans son esprit.

Regrets … Tellement de choses …


Il dû se faire violence pour ne pas s’emparer de son téléphone pour appeler Sara.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-murray-hill.1fr1.net
Eowindawell
Ecrit son roman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 396
Age : 28
Localisation : Dans un château avec Dracula^^
Humeur : Toujour le sourire
Inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   Février 13th 2009, 18:50

Merci baucoup pour ces OS!
J'adore, j'ai vraiment hatte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Prison Break] Finding a way that leads to you   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Prison Break] Finding a way that leads to you
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prison Break S3 (spoiler inside)
» PRISON BREAK - THEODORE BAGWELL
» [Série Us] OZ - Ou la série qui à inspiré Prison Break
» fin de prison break
» Prison Break Season 1 (Zone 1 VOstf)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murray Hill :: L'écriture est le seul espace de liberté absolue. [Nicolas Fargues] :: Prison Break-
Sauter vers: